« Riposte laïque », ou les nouveaux pourfendeurs de l’islam

images_confusion

En lisant les premiers articles de « Riposte laïque », j’ai immédiatement été frappée par leur teneur polémique et leur focalisation autour de tout ce qui touche à l’islam et aux Musulmans.

Il y a quelques mois, Michèle Vianès, proche collaboratrice de ce site, me téléphona. Mon premier contact avec elle remontait à deux ans, lorsqu’elle m’appela au sujet de son projet de faire quelque chose pour barrer la route à Hani Ramadan qui sévissait régulièrement à Lyon, et je lui apportai mon aide, notamment en reformulant le texte de présentation destiné à monter cette campagne. Bref, elle m’appela cette fois-là au sujet de « l’affaire Truchelut ». Je savais que cette dame avait été condamnée pour avoir refusé d’accueillir une femme voilée et sa famille dans son gîte rural, et bien que n’en connaissant pas tous les détails, je trouvais, au vu de ce que j’en avais lu, la campagne que menait « Riposte laïque » pour défendre Mme Truchelut au nom de la laïcité, excessive.

M.Vianès qui espérait m’entraîner dans cette campagne, ne m’a pas convaincue. J’avoue que ses méthodes –comme son projet de faire pression sur le parlement pour faire voter une loi interdisant la burqa dans la rue et le voile des petites filles-, ne correspondent pas à l’idée que je me fais du combat laïque.

Selon elle, la femme qui a fait condamner Mme Truchelut est une militante islamiste, et elle serait allée dans ce gîte dans le seul but de provoquer un clash. Intriguée par ce détail que j’ignorais, je lui demandai de m’envoyer l’adresse du site de cette dame, mais elle ne le fit jamais.

Quoiqu’il en soit, malgré ma réserve sur les publications, la stratégie et les procédés de « Riposte laïque », je n’avais d’abord aucunement l’intention d’entrer en discussion avec les responsables de ce site. Mais la polémique qu’une simple réaction de ma part à entraînée, m’oblige à faire cette mise au point.

Dans un article signé Cyrano, sur les déclarations de Dalil Boubeker au sujet d’un moratoire sur la loi de 1905, évoquant l’invitation faite à des hommes politiques de partager un repas de ramadan à la Grande mosquée de Paris, le ramadan était qualifié de pratique « obscurantiste ». Jugeant le mot excessif et inadéquat, et le dérapage sur le ramadan sans réel rapport avec le sujet, j’écrivis au site en demandant : « obscurantiste, en quoi ? ».

C’est alors que l’auteur de l’article dépêcha un des collaborateurs du site, Mohamed Pascal Hilout, qui en spécialiste de l’islam –de service à tout le moins-, entreprit de me faire un cours sur le ramadan et ses méfaits sur la santé physique et mentale des musulmans. Et ce faisant, il se saisît de mes réponses pour en faire un article intitulé « Visiblement Mme Babès manque de discernement ».

Je ne compris pas tout ce que M.P.Hilout écrivit ; d’ailleurs, je ne comprends pas toujours ce qu’il dit. Voici un échantillon de sa prose : « Si vous ne discernez pas encore entre ma liberté à moi, homme musulman, de mettre un voile et de baisser les yeux pour raser les murs et la liberté d'une musulmane française de se voiler en se conformant aux prescriptions du Coran, c'est que vous êtes aussi loin que Mme Kintzler de comprendre comment fonctionnent les religieux et les prescriptions pauliniennes et coraniques ».

Et à propos du ramadan, voici ce qu’il m’écrivit : « Faire semblant de jeûner alors qu'il s'agit de faire la teuf pendant la nuit et de somnoler toute la journée est tout de même scandaleux. Obscurantisme, cela rappelle la nuit et le réveil en pleine nuit ; nuits de folie musulmane… ».

Agacée par une telle baguenauderie, je répondis ceci : « Je pense que votre combat n'a rien à voir avec la laïcité, que vous instrumentalisez (c'est un vous global), pour distiller de la haine et de l'intolérance à l'égard des musulmans. Je ne me reconnais nullement dans vos analyses et vos positions que je trouve extrêmes, haineuses et outrancières. Vous menez un combat solitaire et vous desservez la cause de la laïcité ».

Mais venons-en à ce que MPH me reproche précisément : « Comme je l'ai recommandé à Mme Kintzler, active à Lille comme vous, il vous faut d'abord discerner entre "prescriptions d'une religion", dont la critique sans merci est nécessaire, et les êtres humains qu'il nous faut émanciper justement de ces prescriptions lorsqu'elles portent atteinte à leur dignité ou réservent, par exemple, ma sœur musulmane aux musulmans et convertis bien circonci. ...Comme MM. Sifaoui, Arkoun, Ghaleb, Malek et bien d'autres progressistes, vous croyez pouvoir épargner le noyau dur de l'islam =Coran+Mahomet pour continuer à ne vous occuper que de ses "mésusages", "lectures" et "instrumentalisations". En somme, pour culpabiliser des pratiquants qui n'auraient rien compris ou compris de travers ».

Réponse :

1)   je n’ai pas attendu les "recommandations" de Mohamed Pascal Hilout pour faire du  "discernement", et encore moins pour établir un rapport critique à l’islam. Il y a seulement quelques années, personne n’avait entendu parler de lui, et c’est à l’occasion de l’une de mes conférences que je l’ai rencontré. A l’époque, ce devait être autour de 2002/2003, il me donna un texte composé de 3 feuillets, intitulé "Le nouvel islam". Le même texte fut reproduit sur des sites internet. Pour moi, MPH était l’homme qui se présentait comme "L'initiateur du Nouvel islam", dans un petit papier où il explique comment il faut réformer l’islam. C’est pourquoi quelle n’a pas été ma surprise lorsqu’à la fin de l’année 2007, je vis qu’il collaborait à "Riposte laïque". J’ajoute que personnellement, j’ignore pourquoi cet homme, d’origine marocaine, s’appelle Mohamed pascal. D’après ce qu’il écrit lui-même, il est de naissance musulmane. Que le pathos qu’il développe à l’égard de l’islam depuis qu’il écrit pour ce site ait à voir avec ses propres problèmes identitaires, cela ne fait pas de doute.

2) Les amalgames qu’il fait sont tout simplement ridicules. Je n’ai rien à voir avec Mohamed Arkoun, ni sur le plan universitaire, ni sur le plan citoyen. Monsieur Arkoun n’a jamais pris la moindre position, le moindre engagement, et il n’est pas un ardent défenseur de la laïcité. D’ailleurs, s’il était laïque, cela se se saurait. Mais c’est si facile de faire des amalgames quand on ignore tout des écrits et des positions des uns et des autres.

3) Je ne cherche à épargner rien ni personne. Quelle sottise !

4) Je voudrais dire à Mohamed Pascal Hilout en quoi nous sommes différents, lui et moi, et pas pour les raisons qu’il invoque :

a) contrairement à lui, mon rapport à l’islam est d’abord académique. Pour moi, l’islam est un objet d’étude, de connaissance. Ce qui ne m’empêche pas de prendre position, de militer pour les valeurs qui me sont chères. Et contrairement à ce que MPH affirme –bêtement, car ce sont des choses qui se savent-, je ne critique pas seulement les islamistes, je critique aussi et fondamentalement l’islam. Mais soit MPH n’a pas lu mes écrits, soit il dit n’importe quoi, et dans les deux cas, tout ceci m'a l'air bien farfelu.

b) Ce qui fait la différence entre lui et moi, c’est d’abord la posture scientifique qui me caractérise, et qui lui fait défaut. Prouver que MPH est ignorant de ce sur quoi il a fondé son fond de commerce n’a rien de difficile. Trois exemples, réunis dans la même phrase. Il écrit : « (Nul besoin de démontrer que) c’est saint Paul et le Coran qui assignent aux femmes une position subalterne et prescrivent le voilementla théologie islamique n’a plus cours qu’aux confins du désert arabique… Je parle de prescriptions coraniques comme le droit de battre sa femme si on craint sa désobéissance et ses incartades ».

Primo, Paul, pas plus que le Coran, n’a inventé le voile qui existait antérieurement. Si MPH avait pris la peine de lire mon Voile démystifié, il n’aurait pas avancé de telles balivernes. Secundo, il n’y a plus de théologie islamique depuis Averroès, et il y en a encore moins dans le "désert arabique" où elle fait l’objet de toutes les suspicions. Tertio, aucun verset coranique ne prescrit de battre sa femme. Le seul verset qui évoque cette possibilité, c’est le verset 34 de la sourate IV, qui parle de nushûz, de rébellion en matière de devoir conjugal, et non de désobéissance en général. Quand on poursuit un objectif purement polémique, comme le fait MPH, on ne s’embarrasse pas de telles subtilités.

Mais manifestement, MPH a un complexe à cet endroit, comme en témoigne sa susceptibilité à mes propos : « S’en suit un avertissement avec l’autorité d’un professeur : « la prochaine fois, je devrais réagir publiquement pour dénoncer vos dérapages ». Si seulement elle savait que j’ai débuté ma carrière comme enseignant à l’Université de Mannheim ! »

c) Ce qui fait la différence entre MPH et moi, c’est que je n’ai aucun problème personnel à régler avec l’islam et les musulmans. Les valeurs que je défends sont claires et connues de tous : les droits de l’Homme, l’égalité hommes/femmes, les libertés individuelles, la laïcité et la démocratie.

3)

a) Je n’ai aucune d’arrogance, contrairement à MPH. Jugez-en : « La violence des termes et des anathèmes que nos amis-contradicteurs nous jettent à la figure prête non seulement à rire, mais elle participe aussi de la véhémence qui accompagne toute douloureuse prise de conscience chez nos bienveillants progressistes. Cette violence révèle la faiblesse de leur argumentation. Elle nous indique que nous touchons justement à des endroits où ça fait mal, là où leur mauvaise conscience est poussée dans ses derniers retranchements…C'est au nom de l'émancipation que je fais cela Leïla. Au procès de Michèle Vianès, j'ai juré de remuer ciel et terre s'il le fallait pour renvoyer ces horreurs de voiles à leur Moyen-âge et à leur désert arabique, où il n'y a âme qui vit. Il croit sans doute qu’il faut manifester de la haine, du mépris et de la rage à l’égard de l’islam et des pratiques musulmanes » ;

b) je n’utilise pas non plus les attaques personnelles, comme le fait MPH dans ces extraits, adressés à  Mohamed Sifaoui et à moi-même : « Après Leïla Babès, voici donc notre ami, mais néanmoins contradicteur, Mohamed Sifaoui, qui nous reproche de vilipender l’islam et de ne pas nous en tenir au théologiquement correct, comme cela réussit si bien à tout ce beau monde de l’intelligentsia française. Comme c’est facile d’être progressiste à si bon compte ; sans se salir les mains pour un sou !....son respectable « combat contre les islamistes », lequel combat fournit un bel alibi et même une légitimité renouvelée à bien des régimes corrompus...En matière de respect des libertés individuelles, la pratique islamique au Maroc peut être nominée chaque année championne de l’humanité, tout autant que celle de l’Arabie Soudite, contre laquelle Mme Babès a visiblement une dent. Très certainement pour se présenter comme progressiste à si bon compte » ;

c) je n’utilise pas les sarcasmes, dans le style : « Tout sociologue qui se respecte, à part Mme Babès… Mme Babès en est encore à estimer que… Mais on dirait que notre sociologue ne sait pas… » ;

d) j’évite, autant que possible, la trivialité, comme dans ce propos de MPH sur M.Sifaoui : « Ayaan Hirsi Ali a ouvert une boutique, dans votre bazar islamique, face à la votre. Elle offre plus de produits que vous ! » ;

e) j’évite les amalgames, comme dans ce propos de MPH sur Mohamed Sifaoui : «… l’erreur tactique et stratégique de notre ami Sifaoui et de tous les régimes arabo-musulmans…Mais ni M. Sifoui, ni ces régimes… ne répondront à la question que j’ai posée la semaine dernière à ce même ami-contradicteur : Mahomet, dans sa conquête de l’Arabie, sabre en main, et ses califes (successeurs) qui m’ont légué, à moi le musulman et à lui aussi, un vaste Empire ottoman, étaient-ils islamistes ou simplement intégristes ? »

f) je ne me prends pas pour un médecin des âmes, comme cela semble être le cas pour MPH. Tous ses écrits sont émaillés de termes médicaux : l’islam est malade, les Musulmans sont malades, et lui, MPH est le guérisseur, celui qui prescrit des médicaments.

En conclusion, et après cette rapide mise au point, chacun comprendra pourquoi il n’y a rien dans les écrits et les positions des représentants de « Riposte laïque » qui puissent justifier que j’entre en débat avec eux. MPH a sauté sur l’occasion offerte par une vague réaction que j’ai eue sur le caractère « obscurantiste » du ramadan, pour monter au créneau, tout émoustillé d’avoir une passe d’armes avec moi, comme avec d’autres : « Les joutes intellectuelles que nous soutenons face à Mmes Fourest, Kintzler, Perret, Babès, MM. Kintzler, Teper etc. ont une réelle vertu : elles permettent de clarifier le débat en mettant à nu la logique profonde de chacun des deux camps ».

Quels enfantillages ! Le problème est que les « joutes » comme il dit, ne m’amusent pas, surtout lorsqu’elles s’adossent à des polémiques stériles et sans réel intérêt intellectuel. Si elles donnent quelque légitimité à « Riposte laïque » et au représentant du « Nouvel islam », tant mieux pour tout ce beau monde. En tous cas, si elles ont un mérite, c’est bien d’avoir contribué à démasquer le fond de commerce de « Riposte laïque », tout entier fondé sur : l’agressivité, l’outrance, l’intolérance, la haine, et beaucoup de fadaises.

.

Revenir à la page d'accueil